Mes musiques persos

04 juin 2020

Christophe : Le dernier des Bevilacqua

Christophe

Hommage à Christophe avec ce superbe album que fut Les Mots Bleus. Le disque entier a été une étroite collaboration entre Christophe et Jean Michel Jarre. On sent d'ailleurs très nettement l'empreinte de Jean Michel Jarre. Chistophe, quelque peu dans le creux de la vague, redevient un chanteur de premier plan grâce à cette nouvelle entente.

J'aurai pu choisir Les Mots Bleus ou Senorita mais Le Dernier des Bevilacqua représente une autre signification depuis sa disparition. En plus j'adore la longue intro qui précède la chanson. Rappelons simplement que Christophe s'appelait en vérité Daniel Bevilacqua.

Posté par DRAYUM à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 juin 2020

Bella Ciao

Bella_Ciao

J'aime bien les chants révolutionnaires et en particulier ceux qui sont chantés par un groupe. Ces chants de lutte sont souvent vifs, rythmés voire même enjoués.

Tout le monde connaît Bella Ciao, cette ode à la lutte contre le fascisme. C'est considéré maintenant comme un hymne de résistance dans tous les pays du monde. Même les Gilets Jaunes l'ont chantés dans leurs défilés et on peut l'entendre dans la célèbre série La Casa de Papel. Beaucoup de versions diffèrent quant à la première apparition de Bella Ciao. J'ai choisi une version avec des photos d'archives et sous titrée en français.

Posté par DRAYUM à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 juin 2020

Johnny Hallyday : Les portes du pénitencier

Johnny

Je ne peux pas faire une rétrospective des chansons que j'ai aimé sans parler de Johnny. Pour toute ma génération, c'est une icône, il fait partie de notre patrimoine musical.

Pourquoi avoir choisi Les Portes du Pénitencier ? Simplement cette chanson fait référence à ma mémoire. Dans ma jeunesse, nous allions dans un cinéma de quartier. En face de celui-ci, une salle faisait office de maison de jeunes avec Baby-foot, flippers et évidemment le juke box indispensable à toutes salles pour jeunes de l'époque. Au milieu de nos parties de baby-foot, Les Portes du Pénitencier  repassait toutes les 3 ou 4 chansons, il y a avait toujours quelqu'un qui glissait une pièce dans la machine pour entendre la voix de Johnny qui se mêlait aux bruits des carambolages des boules de flipper. Impossible à oublier !

Posté par DRAYUM à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mai 2020

Damien Saez : Au cimetière des amours

Saez_Damien

Après quelques bonnes vieilleries musicales, il faut penser aux jeunes dont certains m'émeuvent autant que les anciens. Damien Saez fait partie de ceux-là. Très engagé, il a, dans son répertoire, quelques chansons qui déglingue le système dans lequel nous vivons. C'est bon quelquefois d'entendre des paroles qu'on aurait voulu dire. C'est bon de savoir que quelqu'un vous représente un peu. Je vous proposerais sûrement, plus tard, un de ces chansons de lutte et d'espoir.

Je ne sais pas pourquoi mais ce garçon me fait penser à Patrick Dewaere. Rien que cela m'oblige à vous présenter un de ces titres.

Au cimetière des amours ne fait pas partie de ces chansons engagées. C'est plutôt une chanson d'amour certes un peu désabusée, un peu nostalgique. Les grands chanteurs poètes ne renieraient pas ce jeune homme torturé mais bourré de talent.

30 mai 2020

Peter Paul and Mary : Blowin' in the Wind

Peter_Paul_and_Mary

Peter Paul and Mary : ce sont eux qui m'ont fait entrer dans l'univers de Dylan dont on reparlera sûrement plus tard. Peter, Paul and Mary était, pour moi, le groupe qui incarnait le folk américain des années 60. Engagé politiquement, ils ont enregistré Le Déserteur de Boris Vian, un version étrange dans un charmant français aux intonations américaines.

Blowin' In the Wind est évidemment un chanson de Bob Dylan. Perso je préfère cette version à celle plus hachée de l'auteur. Au cours de ces petites chroniques, je reviendrais sur Bob Dylan et sur Hughes Aufray, celui qui fit connaître Dylan en France. Nous sommes au début de cette époque où apparaîtra Pete Seeger, Donovan en autres.


28 mai 2020

Claude-Michel Schonberg : Le premier pas

Schonberg_Claude_Michel

Pour moi, Claude Michel Schonberg, c'est l'homme d'une seule chanson : Le premier pas. Et pourtant, il en a écrit des musiques surtout pour les comédies musicales : Les Misérables ou encore La Révolution Française.

Le Premier Pas s'est classé numéro 1 dans les hits parades de l'époque au moment où les Rubettes sortait Sugar Baby Love, le regretté Christophe (on en reparlera plus tard) chantait Senorita, Abba triomphait avec Waterloo. Le Premier Pas était loin de tous ces standards de 1974 et pourtant Claude-Michel Schonberg a cartonné avec cette chanson.

Posté par DRAYUM à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mai 2020

HUbert Félix Thiefaine : Karaganda

Thi_faine_Hubert_F_lix

Hubert Félix Thiefaine, c'est comme avec Goldman, Je ne sais quel titre choisir tellement tout est bon chez lui. J'aurais pu choisir La fille du coupeur de joint, Je t'en remets au vent, Alligators 427 ou plus actuelle la Ruelle des Morts. J'ai eu la chance de le voir sur scène, c'était fantastique avec des musiciens hors pairs. Pas trop de concessions au star système, il a tracé sa route empilant les concerts et les salles bondés.

Karaganda raconte l'histoire de ce camp qui fut le la plus grande colonie pénitentiaire mise à place par Staline, l'un des premiers goulag soviétique. Beaucoup d'enfants moururent à Karaganda.

Le refrain

C'est l'histoire assassine qui rougit sous nos pas
C'est la voix de Staline, c'est le rire de Béria
C'est la rime racoleuse d'Aragon et d'Elsa
C'est le cri des enfants morts à Karaganda

 

Posté par DRAYUM à 22:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mai 2020

Alabama Monroe : IF I Needed You

Alabama_Monroe

Il est temps de parler d'un de mes films préférés si ce n'est le numéro 1 : Alabama Monroe. Un film qui raconte que même le plus grand amour entre deux personnes a du mal à résister face au drame d'un enfant malade qui va mourir. Magnifique film avec en plus un style de musique omniprésent : le Bluegrass. Le Bluegrass est une branche de la country américaine. Les deux protagonistes principaux du film font partie d'un groupe de Bluegrass.
Alabama Monroe a reçu le César du meilleur film étranger en 2014 et nommé aux Oscars de la même année.

L'extrait que je vous propose est un passage du groupe sur scène. Il chante IF I Needed You. Dans ce passage, à un moment l'homme va tendre la main vers sa compagne qui va la refuser. La rupture est consommée. Sa décision, à elle, est irrévocable, elle a décidé de son futur.

Posté par DRAYUM à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mai 2020

Leila Huissoud : On s'connait depuis longtemps

Leila_Huissoud

L'année dernière, j'ai été voir, deux fois, en concert une jeune fille bourrée de talent : Il s'agit de Leila Huissoud. Ce petit bout de femme sort de The Voice. Elle a été primée Prix du Public lors de la dernière édition du Prix Georges Moustaki et Prix Coup de coeur de chanson par l'Académie Charles Cros. Elle ne rentre pas tout à fait dans les standards de la chanson actuelle. A ma connaissance, elle a sorti deux disques jusqu'à maintenant.

J'ai choisi une chanson de son premier disque On s'connait depuis longtemps. C'est un duo avec Kevin Fauchet. Sur scène, j'ai trouvé qu'il y avait une vraie alchimie entre ces deux-là. Quand ils chantent, ils ont vraiment l'air de se connaître depuis longtemps. C'est ce qui donne à cette chanson, ce charme si particulier.

23 mai 2020

THe Animals : Don't let me be misunderstood

The_Animals

Bien sur, de mon temps, il y avait les Stones, les Beatles. Moi le groupe que me faisait kiffé (comme disent les jeunes d'aujourd'hui), c'était The Animals emmenés par leur emblématique chanteur Eric Burdon. Ce sont qui avaient repris une chanson de folk américain, The house of Rising sun repris en France par Johnny Hallyday qui en fit un tube extraordinaire : Les portes de Pénitencier. La version des Animals est magnifique aussi.

Quant à Don't let me be misunderstood, elle fut d'abord écrite pour Nina Simone. The Animals l'ont repris un an plus tard et en firent un tube planétaire. Ce titre fut classé parmi les 500 plus grandes chansons de tous les temps.